Catch’Up – Récap de la semaine du 11 mars (Fastlane, RAW et SD)

Dans la course à la qualité, il n’y a pas de ligne d’arrivée.
David Kearns

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans  Catch’Up ! On espère que vous arrivez à suivre dans cette route vers WrestleMania palpitante, car chez nous c’est chaud chaud ! En attendant les résultats des pronostics du Trophée CDC, voici une fournée spéciale de trois épisodes comprenant bien évidemment les épisodes de RAW et Smackdown, mais également la grosse analyse de Fastlane de dimanche dernier ! Un plein de bonne humeur pour le week-end à déguster sans modération.

Fastlane – Un manque de surprise pas si déplaisant

On le savait, on se l’était dit, il ne se passe jamais grand chose à Fastlane. Les lignes sont le plus souvent figées, les ceintures bien ancrées autour des hanches de leurs champions et le programme se déroule un peu cousu de fil blanc sous nos yeux. Mais on espère toujours ! On espère toujours un petit frémissement, un soubresaut, voire même un coup de théâtre dans la construction de WrestleMania ! Il n’en aura rien été dimanche dernier à Cleveland… Enfin si. Il y’en aura eu une de surprise ! Petite certes, mais tout de même. Celle d’un show finalement pas si mal que ça !

Alors, certes, ne nous enflammons pas, mais derrière cet océan de classicisme se cachait une copie très bien maîtrisée de la part de la WWE qui a su assurer le spectacle à tous les étages. Et ce dès le preshow avec un match très enlevé, bien que sans enjeu, entre le New Day et l’alliance Rusev/Nakamura, remporté par les premiers.  Ce match a fait tout sauf pâle figure par rapport à l’habituel très bon match Cruiserweight qui squatte le preshow et Big E et Xavier Woods ont envoyé du lourd pour faire honneur à leur copain floué Kofi Kingston, qu’on retrouvera plus tard dans l’émission dans des affaires ô combien plus sérieuses.

L’opener aussi nous aura proposé du très bon catch par équipe avec le régional de l’étape, le Miz, associé à Shane O Mac contre les champions les Usos ! On le savait, les ceintures n’allaient pas changer de mains ce dimanche et tout l’intérêt du match résidait dans la nouvelle tendance qui allait être donné à l’histoire qui anime l’ex équipe Best in the World. A ce compte, nous n’avons pas été déçu puisqu’au bout d’une défaite très disputée, qui aura vu le Miz mettre le feu à l’arène, ce dernier va se faire attaquer sauvagement par Shane, sous les yeux de son père stoïque. Le heel turn du patron est donc acté, la rivalité attendue est arrivée et nous allons enfin pouvoir avancer à tous les niveaux. D’un côté les Usos vont se projeter vers une compétition d’un autre niveau, de l’autre les deux ex partenaires vont pouvoir se déchirer à coups de promos jusqu’à WrestleMania dans un programme qui devrait être plus que sympa.

Toujours dans le département tag team, nous avions les Harlem Globetrotters du catch par équipe, Aleister Black & Ricochet, en représentation contre les champions The Revival, mais aussi Chad Gable & Bobby Roode, dans un triple menace pour les ceintures de RAW. Malgré leur apparente invincibilité actuelle, les anciens pensionnaires de NXT succomberont aux filouteries des champions dans un match qui lui aussi aura fait le café, même plus que ça encore. Grosse défense de titre des Revival qui redore un peu le blason de la division rouge et signe sans doute là leur match référence depuis leur montée dans le main roster.

Et enfin, parce qu’à Fastlane, on aimait le catch par équipe, Sasha Banks et Bailey défendait leurs ceintures toutes fraiches contre Nia Jax & Tamina. Comme attendu là aussi, mais plutôt dans le mauvais sens du terme, ce match a été un des points noirs de la soirée. Aucune hype autour de ces nouveaux titres plus deux catcheuses sur quatre de bas étage, ça donne fatalement un spectacle très moyen. Et ce n’est pas l’interaction finale entre une Beth Phoenix, qui était de sortie aux commentaires, et le duo Samoan, qui va sauver la mise. L’ex championne féminine s’est faite tabasser, là au mauvais endroit et au mauvais moment dirons nous, et ce malgré un sauvetage loupé de sa copine d’antan Natalya. Waouh.

Ô toi papa ça sent l’oscar ton affaire !

Mais Sasha, Bayley, Nia, Tamina, Beth et Natalya n’étaient pas les seules à avoir loupé le coche ce dimanche, c’est au final toute la division féminine qui est passé à côté lors de ce PPV en se partageant au final les seuls réels échecs de l’émission. En effet, même si on en attendait vraiment rien non plus, Mandy Rose et Asuka n’ont pas réussi à mobiliser notre attention. A la faveur d’une mésentente entre les deux méchantes, Asuka en profite pour coller un bon coup pied retourné dans les gencives de Mandy pour le compte de trois. Asuka continue ainsi son règne insipide tandis que Fire & Desire s’oriente vers une séparation qui semble inévitable. Du côté du blockbuster annoncé entre Charlotte et Becky en revanche, c’est la déception. Alors qu’on s’attendait à une joute de feu interrompue par une Ronda Rousey en furie qui viendrait semer le chaos; nous avons eu un match sur une jambe, lent et beaucoup trop timide finissant sur une intervention de Ronda sans saveur et beaucoup trop facile. La championne est venue disqualifier purement et simplement Charlotte en collant une petite droite à Becky et puis s’en va, juste histoire de s’assurer la présence de la rouquine à Mania et c’est tout…. Ça plus un match handicapé par une volonté incompréhensible si proche de Mania de vendre une blessure au genou de manière outrancière chez l’Irlandaise, et on se retrouve avec le gros loupé de ce PPV peut être.

Les femmes étant passées globalement à côté du rendez-vous, il incombait aux hommes de raviver le feu sacré et c’est mission réussie. Surtout côté scène US qui a vu un Fatal 4 Way impromptu avoir lieu en remplacement du Mysterio/Andrade initialement prévu. Redite de Smackdown, Samoa Joe défendait donc son titre contre ces mêmes Andrade, Rey Mysterio et R-Truth. Au cours d’un match aussi bon que celui du show bleu si ce n’est même meilleur, Samoa Joe s’impose en étranglant le petit luchador masqué. Ces quatre là crèvent l’écran depuis des semaines maintenant et on a hâte de savoir ce que la fin de route vers Mania leur réserve à tous.

Même son de cloche du côté de la scène mondiale de Smackdown qui avait elle aussi décidé de mettre en avant le célèbre adage “carte sujette à changements” puisque le Owens/Bryan s’est transformé en triple menace ! Alors que Kofi était venu réclamer à Vince McMahon une opportunité après s’être fait remplacé dans le match pour le titre par KO, le patron déclare que nous aurons bien un Triple Threat ce soir ! La foule est en feu, Kofi aussi, sauf que voilà, Vince est un malin et joue sur les mots. Le troisième larron n’est pas Kingston mais le revenant Mustapha Ali ! Tel Mysterio en numéro 30 au Rumble 2014, le petit catcheur virevoltant doit composer avec ses adversaires mais aussi avec un public qui attendait un tout autre héros. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne s’est pas laissé démonter le bougre et qu’il a sorti un match de très haute volée. Le match dans son ensemble d’ailleurs sera excellent et mérite le détour. Il sera finalement remporté par le champion de la planète qui a cette faculté incroyable depuis le début de son règne d’apparaître à la fois exaspérant et détestable dans ses matchs, mais également extrêmement dangereux et léthal.

La soirée se concluera enfin sur ce qui était le Main Event de coeur pour beaucoup et un choix inévitable : la réunion du Shield. Les trois frères nous auront offert une superbe dernière danse (du moins jusqu’à la prochaine) en se défaisant de l’alliance honnie Corbin/McIntyre/Lashley à grands coups de nostalgie et de powerbombs. Un Main Event dans la plus pure tradition WWE qui aura mêlé des colosses dans une baston overbookée bien jouissive aux abords du ring. La victoire du trio de justiciers était inévitable et maintenant il s’agira de savoir ce que l’avenir réserve à ceux qui sont destinés à se séparer et tracer leur chemin chacun de leur côté. Une belle fin pour un PPV qui nous aura finalement surpris par sa qualité si on met notre mouchoir sur une division féminine en berne qui a, espérons, tiré toutes ses mauvaises cartouches avant WrestleMania pour ne garder que le meilleur.

Roh putain les gars vous aviez raison ça m’a manqué ces conneries !

RAW – Les tournées d’adieu de Kurt Angle et du Shield

C’est l’heure de mettre tout le vestiaire en ordre de bataille pour WrestleMania à Monday Night RAW ce lundi. Fastlane est derrière nous, le dernier obstacle avant le show des shows est passé, alors les pages se tournent. Le Shield pour commencer tire comme convenu sa révérence. Roman Reigns remercie ses compères de lui avoir accordé cette dernière réunion car la vie est trop courte et il aurait été trop bête que chacun parte de son côté sans profiter de ce lien une dernière fois. Mais maintenant il est l’heure de revenir aux affaires courantes, ainsi Dean et Roman laisse la scène à la star actuelle du groupe, Seth Freaking Rollins. Ce dernier reprend donc son affaire avec Brock Lesnar et est rapidement interrompu par l’inévitable Paul Heyman. Les deux tentent de s’intimider, mais au final le réel intérêt du segment vient de l’intervention d’un revenant, Shelton Benjamin ! Il attaque le challenger dans le dos ce qui nous booke un match, très sympa, remporté par Rollins. Une affiche fraiche pour nous faire temporiser avec de l’interaction physique en l’absence du champion, c’est plutôt habile.

Concernant les deux autres membres du Shield, la soirée n’était pas de tout repos non plus. Roman Reigns devait affronter ce soir Baron Corbin, ce qui constituait son premier match un contre un depuis l’annonce de sa leucémie. Le match n’aura finalement jamais lieu puisqu’un Drew McIntyre en furie totale débarque pour attaquer le Big Dog avant la cloche. Un premier Claymore Kick claque sur la tempe de Roman, dont la tête heurte violemment le sol aux abords du ring. Il est sonné, tente de se relevé, mais est cueilli par un second Claymore Kick qui cette fois envoie son crane se fracasser contre un des poteaux du ring. Grosse frayeur, les soigneurs affluent tandis que l’Ecossais se retire, fier de son forfait. Dean et Seth accourent au chevet de leur pote car malgré le segment d’intro, l’inquiétude est réelle. Et après avoir forcé Reigns à aller se faire examiner par les médecins, Dean Ambrose voit rouge et veut se venger. Il tombe sur le patron Triple H et lui demande un match contre Drew ce soir, sans disqualification, sans décompte, Falls Count Anywhere. HHH accepte et le match est booké pour le Main Event. Ce match sera un modèle du genre pour la stipulation et surtout un modèle de Main Event de RAW depuis des lustres. Ca devait faire des mois pour certains que nous n’étions pas sorti d’un RAW avec un segment-match de si haute volée qui nous fait éteindre notre écran avec plein de questions et d’excitation. Dean Ambrose et Drew McIntyre auront tout donné autour du ring, dans les gradins, dans les stands de t-shirt, près du titantron, pour au final voir la victoire du psychopathe écossais d’une énième Claymore dans la face d’un Ambrose piégé dans la rampe d’un escalier. En une soirée, Drew vient de décapiter deux des top guys de RAW et se pose comme la grosse menace heel de ces prochains mois.

Le reste du show pâlira inévitablement un peu en comparaison de ces évènements, mais il s’est tout de même passé quelques belles choses. Notamment l’annonce d’une tournée d’adieu de Kurt Angle, qui nous explique que WrestleMania 35 sera le théâtre de son dernier match à la WWE. Tout en sobriété et classe, il revient sur son parcours et ses exploits devant une foule de Pittsburgh, chère à son coeur, qui le lui rend bien. Et pour leur faire un dernier cadeau, il va disputer ce soir un dernier match contre un de ses fervents admirateurs, Apollo Crews ! Match rapide mais qui a du constitué pour les deux hommes un super moment, il est remporté bien entendu par Kurt sur son Angle Slam. On attend à présent l’annonce de son futur ultime adversaire, même si tous les yeux sont déjà braqués vers John Cena pour le symbole !

Stupeur dans ce RAW, le titre Intercontinental a changé de mains ! Lors d’un rematch (sorti un peu de nulle part), Finn Balor a été distrait par Lio Rush, qui souhaitait se racheter une conduite auprès de son boss, et Lashley en profite pour découper l’Irlandais d’un spear et ainsi reprendre sa ceinture. Ce choix questionne clairement car on a du mal à comprendre ce qui justifie un tel rétropédalage. De même, côté équipes de RAW, on a l’impression d’avoir reboot et d’être revenu quelques semaines en arrière puisque Black & Ricochet ont remporté un match qui sentait bon le #1 Contender contre Gable & Roode. The Revival est venu coucher les petits gars de NXT après la rencontre et on se retrouve ainsi finalement dans la situation d’avant Fastlane.

Enfin en vrac, Ronda Rousey a délivré une plutôt bonne promo pour poser son nouveau personnage de heel avant de tuer Dana Brooke; Braun Strowman a retourné une voiture et se dirige tout droit vers un rôle de comédie une nouvelle fois pour le prochain WrestleMania; on officialise semble t-il le retour de la paire Phoenix-Natalya qui se mêle à la scène tag team féminine et Alexa Bliss s’annonce hôte de WrestleMania !

C’est ma place regarde mon numéro de ticket bordel !

Smackdown – Le défi de Kofi

A Smackdown aussi on rebondit sur les évènements de Fastlane pour lancer au mieux la dernière ligne droite, sauf que tout a l’air comme toujours beaucoup plus appliqué et concentré ! Shane ouvre le bal pour venir justifier son attaque de l’avant veille. Grosso modo, il en marre que, sous prétexte qu’il soit né meilleur que tout le monde et qu’il ait du succès de l’argent et des connexions, tout le monde le sollicite pour avoir des passe droits et grimper à l’échelle sociale. Fini tout ça, maintenant Shane va rouler pour lui et arrêter d’aider le quidam, à commencer par le Miz. Il a pris un plaisir fou à lui botter le cul devant son père et ses proches à Fastlane et va du coup remettre ça à WrestleMania en officialisant la rencontre dans la foulée ! La foule mord à fond, le hue copieusement, chose rare, et valide de facto une histoire qui devrait être très efficace.

Très efficace également, c’est la passe d’armes entre Becky et Charlotte. The Man se débarasse (enfin!) rapidement de sa béquille et vient nous expliquer que tout s’est passé comme prévu à Fastlane. Si Ronda est intervenu “en faveur” de Becky c’est parce que cette dernière l’a tellement provoqué qu’elle est rentrée dans sa tête et l’a ainsi poussée à faire ce qu’elle a fait. Trop maligne cette Becky… Charlotte débarque et adresse des félicitations pleines de sarcasme à sa rivale qui s’est incrusté dans “son” Main Event. Mais pas d’inquiétude, Charlotte fera le boulot à Mania, comme elle le fait depuis plus de quatre ans à porter la division sur ses épaules alors que la rouquine n’est “hot” que depuis six mois, elle. Sauf que voilà, la répartie est toute trouvée pour Lynch qui aura le dernier mot ce mardi : elle est peut être en avant depuis six mois seulement, sauf qu’elle a déjà fait plus que Charlotte en quatre ans vu que les voilà en Main Event de WrestleMania; et là dessus difficile de lui donner tort.

On ne change pas les bonnes recettes non plus du côté de la ceinture US. Rey Mysterio, Andrade, Samoa Joe et R-Truth sont en feu et ont une alchimie de dingue depuis trois semaines ? Et bah remettons ça alors ! Match par équipe cette fois ci entre les gentils et les méchants, mais même résultat avec une prestation de haute volée des quatre hommes qui nous ont absolument régalé. A commencer par un Rey en forme olympique qui a crevé l’écran ce mardi et qui se paye même le luxe de l’emporter en faisant le tombé sur le champion Joe. Un match pour le titre dans les cartons ? L’ombre d’Andrade qui plane toujours au dessus de lui ? Tout reste très ouvert.

Mais le clou du spectacle cette semaine c’est le retour au premier plan de la scène mondiale et du titre WWE par l’intermédiaire de deux segments. Le premier, c’est un match par équipes entre Owens et Ali contre Rowan et Bryan. Simple mais efficace, on croise tout le monde pour un joyeux bordel qui s’épanchera rapidement aux abords du ring et se concluera sur une victoire surprenante mais plutôt fine de Rowan sur Ali, replaçant le colosse barbu comme une force à craindre aux côtés du champion. Le second segment, c’est le Main Event de la soirée et la promo micro entre le New Day et Vince McMahon en personne. Ce dernier a joué des tours plus que douteux à Kofi Kingston à Fastlane et devait donc s’expliquer tout en proposant à Kofi une opportunité pour WresltMania. Le patron nous déclare ainsi avoir joué sur les mots dimanche pour donner une leçon utile au vétéran Kingston. Ce dernier n’a d’ailleurs à ses yeux pas l’étoffe d’un champion et est en réalité un B+ player tout au mieux, comme a pu lui souffler Daniel Bryan, comble de l’ironie. Vince continue de démonter le pauvre Kofi sur un ton assez doux, paternaliste, qui rend la scène gênante et triste pour le chouchou du public ! Big E et Xavier auront beau le défendre au micro, rien n’y fera pour changer le regard du boss. Kofi prend alors la parole et sort une promo poignante expliquant qu’en 11 ans il ne s’est jamais plaint et ne comptait pas commencer aujourd’hui. Il a tout donné à la WWE, au point de louper tous les moments importants de sa vie, des naissances, des mariages, des enterrements, des moments avec ses enfants… Tout, et il ne s’est jamais plaint ! Alors voilà, il a juste une question. Que doit-il faire pour prouver à Vince qu’il mérite. Qu’il lui explique et il le fera. Ce salaud sans pitié lui annonce alors que la semaine prochaine, il devra survivre au Gauntlet et battre successivement Randy Orton, Samoa Joe, The Bar et Rowan… ! Tâche titanesque et impossible mise au devant du héros, il faudra regarder l’épisode de la semaine prochaine pour en savoir plus !

Pour être complet dans un show pourtant déjà bien dense, Asuka a battu Sonya Deville qui a été victime d’une distraction involontaire de Mandy, effet miroir de Fastlane qui poursuit le début de bisbille entre les deux; tandis que Orton et AJ Styles se sont livrés au jeu de la promo face à face de manière extrêmement convaincante, jouant habilement sur la confrontation WWE contre Indies. Smackdown est au top !

Ça suffit maintenant Kofi je te dis qu’il n’a plus de pancakes dans son slip c’est terminé ! Et toi Big E reprends toi, il n’a plus de pétard non plus, ça fait 5 ans qu’il a changé de gimmick.

Pour nous suivre :
YouTube
Spotify
Podcloud
Mais aussi les réseaux sociaux avec Facebook et Twitter !

Et rejoignez nous pour discuter sur notre canal Discord !

Tu l’as trouvée où cette cravate, elle est ouf, donne la moi !