Catch’Up – Récap de la semaine du 18 mars (RAW et SD)

La sobriété et la santé sont les meilleures choses.
Jeff Bridges

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans  Catch’Up ! Un mini-article en guise de coucou pour les épisodes de la semaine dernière que, je suis sur, vous avez déjà dévorés durant le week-end ! WrestleMania approche à grands pas et on espère que la route qui nous y mène vous passionne.

RAW – Ce que Batista veut…

Brock Lesnar nous graciait de sa présence ce lundi, flanqué de son fidèle avocat. Pas un mot de la Bête bien entendu, mais une ambiance électrique et surtout des huées, beaucoup de huées, pour le champion Universel, saupoudrées de chants “Burn it down”. Comme l’année passée, la stratégie de la WWE semble porter ses fruits pour susciter la détestation de ce champion absent pour qui seul le ratio argent/temps passé dans le ring compte. Sauf que cette fois, son challenger embarque un plébiscite total et Seth Rollins et la mayonnaise semble mieux montée. Drew McIntyre débarque, fort de son momentum destructeur de la semaine passée, pour se faire mousser en amont de son match contre Rollins ce soir. Sauf que ce dernier débarque par surprise et détruit à coups de chaises l’écossais au terme d’une intro bouillante.

On retrouvera tout ce beau monde en Main Event de la soirée. Et tandis que la bataille fait rage entre les deux stars de RAW, la musique de Lesnar retentit afin de distraire l’Architecte, franchement naïf sur le coup… qui se bouffe une belle Claymore des familles avant de s’incliner. Drew McIntyre complète ainsi son grand chelem du Shield sur deux semaines, sauf qu’il en reste tout de même un qui n’a pas pris le tombé dans les faits, et c’est ce bon vieux Roman Reigns. Du coup l’écossais le défie officiellement à WrestleMania !

Batista était là également, mais par satellite. Dans sa “mansion” rococo, affublé d’un trois pièces à rayures de mafiosi, le grand méchant Batista nous explique qu’il n’aime pas Triple H. Il le déteste et que cette rancoeur vient depuis bien avant Evolution. L’interview est menée par Michael Cole qui tente de piquer l’Animal sur ses multiples “démissions”, mais Batista a réponse à tout et déclare que c’est la faute de Triple H là encore, qui ne le laissait pas être en contrôle de sa propre carrière et voulait tout maitriser. Maintenant Dave est une superstar du cinéma et est aux manettes de sa carrière, plus Hunter ! Il nous annonce qu’il viendra à Mania pour terminer la carrière in-ring de son rival, avec l’espoir que Vince le vire de ses fonctions administratives dans la foulée pour qu’il parte pour de bon.

Kurt Angle a catché contre Chad Gable cette semaine, dans un nouvel épisode de son “farewell tour”. Moment sympa pour Gable qui est un fan de la première heure du médaillé olympique, nul doute que ce match a du être un moment très émouvant pour les deux. Moins sympa, c’est l’annonce juste avant Kurt qui nous dévoile le nom de son adversaire à WrestleMania et ce sera… Baron Corbin ! Yeah ! Bon on ne va pas tourner autour du pot, ça sent bon l’annonce dégueulasse et frustrante pour nous proposer une surprise à Mania. Tout ici ressemble à bon vieux leurre et nombreux sont ceux qui entendent déjà les trompettes de John Cena retentir pour nous sauver de cette purge.

Sinon en vrac vous n’aurez rien loupé d’important dans le reste de l’émission… Bliss a dragué Elias qui a battu No Way José, Balor et Strowman ont battu Lashley & Rush, Natalya et Beth Phoenix s’ajoutent à la danse pour les ceintures par équipe féminines, Ricochet a battu Jinder Mahal, Ronda a détruit Dana Brooke et Corbin a perdu contre Apollo, oui oui.

Allez vieux courage, la route vers WrestleMania c’est toujours la pire période de l’année faut tous les séparer mais dans un mois on retourne au buffet.

Smackdown Live! – Maudit Kofi !

Avant de parler de la KofiMania, nous avions une promo du Miz qui se présentait seul face caméra dans son exercice préféré. Il venait répondre à la promo de Shane de la semaine passée qui avait annoncé le match entre les deux à Mania et expliqué le pourquoi de sa trahison. Comme toujours le Miz est au top et ce “face turn” semble être un succès bien plus franc auprès du public que la dernière expérience avec Ric Flair. Il n’hésite pas à comparer Shane à son père, Vince, pourri jusqu’au trognon tout comme lui. Il est parti de rien, rien ne le prédestinait à devenir “the most must see superstar” après sa sortie de l’émission de télé-réalité The Real World et pourtant regardez ce qu’il a réussi à devenir par la volonté, le mérite et le travail ! Une promo poignante pour une rivalité qui s’écrit à présent toute seule et devrait nous proposer un bon moment à Mania, sans fioritures.

Kevin Owens présentait une nouvelle mouture de son “talk show” avec comme invités Becky et Charlotte. D’humeur taquine, il avait collecté un florilège de citations controversées des deux femmes, ainsi que de Ronda, afin de susciter des réactions. Le segment globalement assez drole et efficace peine tout de même un peu globalement sur la forme et se conclut sur une baston générale un peu mollassonne, conclue par l’intervention d’une équipe de sécurité à remplacer fissa.

Mais la star de cette épisode c’est une nouvelle fois Kofi Kingston qui devait relever le challenge d’un Gauntlet Match de 5 adversaires pour décrocher le droit d’aller à WrestleMania, selon les dires de Vince McMahon lui même. Comme nous pouvions nous en douter, Kofi va réussir sa tache titanesque en triomphant de Sheamus, Cesaro, Rowan (par DQ) et de Samoa Joe et Orton sur roll-ups opportunistes. Une victoire beaucoup plus “clean” qu’on aurait pu l’envisager avant le début de l’émission, tant on voyait se profiler la silhouette de l’overbooking des familles, vu qu’il semblait quasi impossible qu’un bonhomme comme Kingston puisse se défaire à la régulière de 5 athlètes comme cela. Mais il faut croire que la WWE est “all in” sur le vétéran du New Day… enfin ça c’est jusqu’à l’intervention de Vince qui au lieu de venir féliciter Kofi avait un autre tour dans son sac. Il aura son opportunité si il peut battre ce sixième adversaire ! Adversaire qui ne sera nul autre que le vrai boss final de l’histoire, Daniel Bryan. Malgré les encouragements incroyables de la foule, Kofi, exténué, finira par succomber au coup de genou dévastateur du champion qui se pose en connard suprême. Reste à présent à savoir quelle pirouette vont trouver les scénaristes pour réintroduire malgré tout le ghanéen dans l’équation, car c’est peut être ça au final le plus grand challenge de ces dernières semaines.

Stupide ! Je vais te renvoyer en 2009 tu vas voir !

WresltMania c’est déjà dans deux petites semaines…. c’est fou de se dire qu’on y était et que ça fait déjà bientôt un an ! La carte commence à sérieusement se dessiner, pour le meilleur et pour le pire, venez nous dire ce que vous en pensez !

 

Pour nous suivre :
YouTube
Spotify
Podcloud
Mais aussi les réseaux sociaux avec Facebook et Twitter !

Et rejoignez nous pour discuter sur notre canal Discord !

BING ! Ces nouvelles figurines d’action font vraiment plus vraies que nature.