Trophée CDC 2019 – Episode 4

Quel vin est aussi pétillant, savoureux, enivrant, que l’infini des possibles !
Sören Kierkegaard

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans ce quatrième épisode du Trophée CDC qui va probablement définir votre sort au concours, votre année de catch et peut être même votre carrière de pronostiqueurs ! Place au show des shows, le Grandaddy of Them All, WrestleMania ! Un nombre record de points sont en jeu lors de cet événement à part, alors plongeons ensemble dans la carte de ce PPV monstrueux à bien des égards.

C’est le moment de tout casser ce week end aux pronos !!!

Trophée CDC 2019 – Episode 4 – WrestleMania 35

En introduction, pour pas qu’on me chie dans les bottes, voilà le module de votes. Il est là !

Vu ce qui va se jouer lors de ce PPV, nul doute que c’est votre dernière chance d’entrée dans la danse pour cette année sous peine de partir avec un retard insurmontable puisque aucun autre show de l’année ne devrait donner l’opportunité d’amasser un tel pactole. Enfin, en soi, vous pouvez toujours rameuter des copains après coup, mais prévenez les qu’ils ne joueront pas la gagne !

Pour ce PPV, comme toujours, chaque match vaut un point, quelque soit la stipulation. Oui, même les deux traditionnelles Bataille Royale. Parce qu’on ne va pas se mentir, on s’en fout un peu et trouver le vainqueur revient à jouer aux fléchettes sur le trombinoscope WWE tant on est à présent habitué au fait que ces matchs ne présentent aucun enjeu.

Vous choisissez vos vainqueurs, et par vainqueur on entend la décision officielle de l’arbitre à la fin de la soirée, source WWE faisant foi. Donc une victoire par disqualification, décompte à l’extérieur ou toute autre controverse est une victoire. Si un match est redémarré à la demande d’une figure d’autorité zelée, c’est le résultat final du dernier match qui compte ! (si il est “restart” 5 fois c’est pareil !) Si votre champion gagne le premier, mais que ça redémarre et que ça finit en match nul, bah c’est perdu. Bref vous avez compris le délire. Si le lendemain votre poulain sur le site WWE n’est pas indiqué vainqueur, c’est que vous êtes de la baise. Si l’affiche est modifiée avec l’ajout ou la suppression d’un catcheur, le prono est annulé et on est tous de la baise.

Pensez à rentrer vos pronostics dès maintenant pour ne pas être bloqué si vous finissez en garde à vue d’ici au PPV !

La carte de WrestleMania 35

On y est ! WrestleMania est enfin là ! Dire qu’à la même époque l’année dernière j’étais entrain de finir ma valise pour sauter dans un avion direction la Nouvelle Orléans… comme le temps passe vite. Le sacro-saint méga événement de catch de l’année nous tend les bras une nouvelle fois pour notre plus grand bonheur. Et pour cette 35ème édition de ce phénomène global, né de l’esprit fou de Vince McMahon, il va falloir avoir un bel appétit car le visionnaire de Stamford a jugé bon de nous coller pas moins de 16 matchs sur la carte ! Oui 16, étalés sur 7 heures de show en direct de la banlieue lointaine New Yorkaise, au MetLife Stadium dans le New Jersey.

Le steak s’annonce énorme et il ne tient qu’à vous de le déguster de la manière la plus appropriée pour éviter l’indigestion. Car le risque est élevée, mais ce serait tellement dommage… Car WrestleMania reste une fête qui vient célébrer de la plus belle et rococo des manières ce plaisir honteux qu’est le catch. Evitez le live tout seul voire tout court, risque d’endormissement élevé ! Faites des pauses, hydratez vous, mangez des pommes ! Bref mettez vous dans les conditions de kiffer au max, c’est une fois par an, on sait pas quand le catch nous lassera alors allons y gaiement.

WAZAAAAAAAAAABrrggllglglll !!!

Le preshow verra sans surprise le sacro saint triptyque des deux batailles royales accompagnées du match des Cruiserweight. Ces derniers seront représentés par le champion Buddy Murphy qui défendra sa ceinture contre Tony Nese. L’Australien va mine de rien atteindre les six mois de règne, doucement mais surement, et est le plus souvent gage de qualité entre les cordes. On a du mal à voir une réelle menace dans Tony Nese, mais le match devrait quoiqu’il arrive répondre aux attentes et permettre au public de tranquillement se mettre en place.

Côté batailles royales, ne nous voilons pas la face, elles n’auront d’autre intérêt que de pouvoir caser tout le reste du vestiaire sur le programme et c’est tant mieux pour eux. Chez les hommes, les regards seront probablement tournés vers le Monstre Braun Strowman et ses envies de meurtres sur Colin Joust et Michael Che, les correspondants spéciaux de SNL. Tandis que chez les femmes, la couverture est tellement tirée par le trio du Main Event que personne ne semble véritablement avoir de programme. Asuka est sans doute celle qui a le plus de momentum, même si nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle Lacey Bomb, sans oublier que Alexa Bliss va également faire une apparition rare entre les cordes !

En revanche il va bien falloir rentrer dans le ring à un moment pour la gagner !

Pour ouvrir la carte principale, plusieurs choix sont possibles. Votre humble serviteur met une petite pièce sur un spécialiste de l’exercice avec le Miz, qui va affronter Shane McMahon dans un Falls Count Anywhere Match. Deux personnalités fortes qui font réagir le public, une stipulation complètement folle et une victoire exutoire du favori des foules pour venger son papa constitueraient la recette magique pour faire démarrer l’émission sur les chapeaux de roue.

Autre candidat naturel, le match des tag teams de Smackdown bien entendu, qui promet un spectacle haut en couleurs avec les Usos, The Bar, Nakamura & Rusev mais également nos globetrotters du moment, Ricochet et Aleister Black. Il ne manque sans doute qu’une petite stipulation à échelle, étrangement absente de la carte de ce Mania, pour faire de cette affiche un sleeper de la carte comme peuvent dire nos amis outre-Atlantique.

A moins que ce soit l’ajout de dernière minute de cette carte gargantuesque : The Revival contre les régionaux de l’étape, Zack Ryder & Curt Hawkins qui vont reformer les Edgeheads devant leur public du New Jersey ! Ce match coche potentiellement toutes les cases et l’ombre de la Streak de lose de Curt Hawkins va très clairement peser au dessus de la tête des champions. On l’avait mentionné dans Catch Up quand leurs chemins s’étaient croisés fin janvier : la WWE tient une sacré cartouche avec cette Streak pour potentiellement enterrer bien fort celui qui finira par enfin la briser malgré lui en perdant contre Hawkins; et qu’avec tout ce qui se disait autour du Revival après WrestleMania, on n’aurait pas été surpris de les voir se la prendre, cette cartouche. Réponse dans 48h…

Tiens regarde vieux y’a un gamin avec une ceinture là bas, on pourrait peut être le défier si ça marche pas notre coup dimanche à Mania.

On grimpe dans la carte, mais pas non plus des masses, avec un match qui a du à peine passer le cut du preshow : les ceintures féminines tag team seront défendues dans un Fatal 4 Way avec les championnes de la Boss’N’Hug Connection, contre Tamina & Nia Jax, The IIconics et les Divas of Doom (Natalya et la revenante Beth Phoenix). Difficile de réellement s’enflammer pour ce match qui n’aura pour principal mérite que de placer ces nouvelles ceintures sur la carte du show le plus chaud de l’année, en espérant que cette division prenne réellement son envol en 2019.

Les ceintures secondaires masculines ont bien de la peine à tirer leur épingle du jeu cette année. Le titre Intercontinental va nous proposer une affiche vue et revue depuis des semaines entre Bobby Lashley et Finn Balor, qui viendra en Démon pour l’occasion. C’est d’ailleurs là sans doute le seul “intérêt” du match avec l’entrée de l’alter ego démoniaque de l’Irlandais et tout son tintouin devant plus de 75 000 personnes. Gageons que ce match sera par ailleurs court, ce qui serait appréciable dans cet océan de 1 contre 1 (10 sur 16 !).

La ceinture de champion US a pris un coup derrière la tête avec la récente annonce de blessure de Rey Mysterio qui devait défier le champion Samoa Joe. Sauf que voilà, à l’heure où nous parlons, le match est certes maintenu mais extrêmement incertain du fait de la cheville amochée du mexicain. D’ici là plusieurs options possibles. Un Open Challenge avec un revenant (Cena ?) ou bien un candidat plus naturel (Andrade ? Ali ? Truth ? Les trois ensembles ?) ? Pourquoi pas le fils Dominic qui viendrait tenter de suppléer son père ? Ou bien sinon le plus simple et le plus efficace, un match très court sous forme de squash sur un Myserio diminué, sous les yeux de son fils justement, pour lancer un programme après Mania.

Le plus triste, c’est peut être qu’on aura pas l’occasion de voir quel costume de fou il nous avait encore concocté…

On passe aux choses sérieuses avec les gros mano a mano “sans enjeu” de la carte et cette année nous sommes servis ! A commencer par le match des vieux de cette année, mais pas des moindres, puisque Triple H va tenter de venger son ami Ric Flair et réussir ce qu’il n’a jamais pu faire en plus de 15 ans : battre l’Animal Batista en un contre un. Ce match sera sans disqualification et devrait permettre aux deux vétérans de faire lever la foule comme ils ont toujours su le faire. Même si la stipulation de la mise en jeu carrière in ring de Triple H nous casse un peu l’effet de surprise, je suis sur qu’ils sauront nous divertir.

Autre match impliquant une ancienne gloire, Kurt Angle contre Baron Corbin dans l’affiche énigmatique du week end. En effet, je peine toujours à croire que ce match soit autre chose qu’un leurre pour quelque chose de plus sexy et nostalgique (qui a dit John Cena ?), mais plus les heures passent et plus le doute s’épaissit car pour le moment tout indique qu’on va bien y avoir le droit. Si on devait en rester là, il faudra alors accepter que la tradition catchesque dicte assez généralement dans ces là de faire partir la légende sur une ultime défaite pour pousser un petit jeune et qu’il va donc falloir sans doute entendre le Baron se vanter pendant un bon moment de ce fait d’arme.

Un des gros morceaux de la soirée, ce sera indéniablement la bataille de brutes entre Roman Reigns et Drew McIntyre. Ce dernier avait privé le beau Roman de son grand retour en un contre un à RAW il y a quelques semaines et ce match marquera donc le premier vrai match hors Shield depuis sa victoire contre la leucémie. Dès lors, il semble très difficile d’envisager autre chose qu’une victoire pour le Big Dog dans son jardin de WrestleMania, encore plus quand on voit à quel point le build a été dominé, de manière impressionnante, par le psychopathe écossais. Certains aimeraient voir une victoire de prestige pour celui qui semble de plus en plus se poser en futur top heel pour 2019, d’autant que son adversaire revient d’une maladie terrible et on pourrait comprendre qu’il soit diminué, presque “humanisé” finalement par ce qui lui est arrivé, ce qui ferait pas mal de bien pour son personnage auprès des fans les plus durs. Mais pour cette soirée de gala, faire perdre le beau Roman pour son comeback, qui est quand même la belle histoire de ce début d’année, ça n’est sans doute pas good for business.

Attention surprise du côté d’un petit match qui ne paye pas de mine entre AJ Styles et Randy Orton. Les deux ont fait le service minimum mais ont su démontrer en peu de temps d’antenne une belle animosité qui donnait envie d’en voir plus, à coup de RKO out of nowhere et de belles promos qui tapaient dur et juste. Deux grands professionnels, une belle alchimie et des potentiels très gros contres sur leurs finishers respectifs devraient être des ingrédients pour un très bon petit match d’upcard en milieu d’émission. On attend notamment de voir comment Randy Orton va pouvoir placer son RKO après avoir déjà utilisé la cartouche sur le Phenomenal Forearm à Smackdown cette semaine !

Ce sont mes chaussures enfoiré !

La trilogie de Main Event sera composée de toutes les ceintures majeures de la fédération, et ça, ça fait du bien. Et le moins chaud des trois est peut être le match pour le titre Universel entre Brock Lesnar et Seth Rollins, ce qui est assez fou à écrire en soi. L’Architecte, fort de sa victoire au Royal Rumble, a repris le flambeau de son frère d’armes Roman Reigns et va tenter de tuer la Bête à WrestleMania pour enfin nous débarrasser du tyran et ramener le titre tous les lundis dans le show rouge. Sauf que voilà, est-ce que la WWE est vraiment prête à miser sur un autre cheval que Roman, surtout après le retour inattendu et beaucoup plus tôt que prévu du fils prodigue ? Qui plus est si celui ci se repositionne fort à la faveur d’une victoire plus tôt dans la nuit contre McIntyre. Seth Rollins n’ayant jamais été vraiment capable de mettre à mal le champion autrement qu’en filoutant et le reste des matchs à fort enjeu semblant quasiment promis à son lot de triomphes des gentils… Seth va-t-il le faire ? La réponse dimanche.

Le titre masculin majeur phare cette année, ce sera incontestablement la ceinture WWE de Daniel Bryan qui va tenter de repousser les assauts du babyface le plus chaud du moment, Kofi Kingston. Enfin ! Enfin, après 11 ans de dur labeur, de bons et loyaux services, de dévouement total, le trublion du New Day va avoir sa toute première chance en solo, dans un un-contre-un, pour un titre majeur. Là où certains reçoivent des opportunités après quelques années, voire quelques mois, Kofi a du manger son pain noir plus d’une décennie et se contenter des titres mineurs (à foison certes). Et malgré cela, il a quand même du traverser un chemin semé d’embûches et de Gauntlet Match, parfois clairement à l’excès, la faute à ce satané Vince McMahon. On ne saura probablement jamais quelle est la part d’accident dans ce match qui semblait promis à quelqu’un d’autre avant la blessure malheureuse d’Ali juste avant Elimination Chamber.  Mais c’est aussi la beauté du catch et de ses mystères. Toujours est il qu’on y est bien, que l’histoire est belle, qu’on est chaud et qu’on prie tous pour que ce dimanche ce soit bel et bien la KofiMania !

Est-ce que tu vois des pancakes sur la table ?! NON ! Ca veut dire que je suis putain de sérieux là mec !!

Et malgré tout cela, la grand messe du catch 2019 se terminera cette année sur un Main Event historique à bien des égards : Ronda Rousey contre Becky Lynch contre Charlotte Flair dans un Triple Threat pour les ceintures féminines de RAW et de Smackdown. Rendu en grande partie possible par l’énorme coup de projecteur donné à la division depuis l’arrivée de la superstar du MMA Ronda Rousey, ce match est devenu une réalité très concrète avec l’émergence proprement hallucinante du phénomène “hype” de fin 2018, The Man, Becky Lynch. Son explosion a fédéré la quasi totalité du WWE Universe derrière la bannière d’une sorte de renaissance de Stone Cold Steve Austin au féminin et a apporté la part de buzz et de folie suffisante pour qu’enfin on puisse s’enflammer pour une rivalité féminine. Et pour lier tout cela et rendre l’affiche vraiment monumentale, il fallait absolument y ajouter la meilleure sports entertainer au féminin de ces dernières années, l’inévitable Charlotte Flair.

La WWE a très clairement réalisé un coup de maître en capitalisant à fond sur le potentiel de ce match depuis de longs mois et en rendant possible cette exposition historique. Au delà du mérite des trois protagonistes, le fait que la WWE ait cultivé cette hype, et ait fourni le plus grand et le plus beau terrain de jeu possible avec ce spot en Main Event, leur assure un match d’anthologie. Au delà de sa qualité intrinsèque qui s’annonce probablement excellente, cette rencontre va générer une excitation monstre et marquer l’histoire du business à jamais. Trois femmes vont donc clore le show le plus important de l’année devant près de 80 000 personnes dans un stade en fusion et personne n’a rien à y redire, rien que ça c’est fou.

(Ca y’est… aïe… dernier bump… c’est enfin terminé… pour cette année…)
On remercie nos vigiles qui ont donné de leur personne lors de cette Road.

Comme à chaque fois, je profite de la fin de ce tour d’horizon pour à nouveau vous indiquer le module de vote !

>> ICI, CLIQUEZ BORDEL ! <<

Vous avez jusqu’à dimanche soir minuit pour voter, après il sera trop tard.

Ce sont certes sept grosses heures de catch, mais ce sont sept heures de plaisir à déguster le mieux possible alors profitez bien, évitez l’indigestion du live, coupez vos réseaux sociaux, posez vous avec de la bonne bouffe, seul ou à plusieurs, mais surtout kiffez vos races ! Encore une fois, WrestleMania, ce n’est qu’une fois par an.

Qu’est ce que vous penseriez d’une entrée en trottinette électrique cette année ?!