Catch’Up – Récap de la semaine du 29 avril (RAW et SD)

Sans rêve, on devient un animal morne, un promeneur égaré.
Frédéric Beigbeder

Salut les marks, salut les smarts et bienvenue dans  Catch’Up ! On va pas se mentir, la semaine a été difficile, très difficile. L’après WrestleMania et la route vers Money in the Bank est habituellement une période assez sympa du début de la nouvelle saison de catch, mais la WWE semble tout faire pour éteindre le moindre petit feu de broussaille d’excitation. Ne nous laissons pas abattre et décortiquons cela ensemble.

 

RAW – La petite fixette de Shane O’Mac

 

Quand un des principaux faits d’arme de l’émission est une poursuite d’angle de rivalité que tout le monde pensait terminée impliquant Shane O’Mac, bientôt quinqua, tu sais que t’as pas forcément passé un super moment ! C’est pourtant bien ce qui s’est déroulé ce lundi avec un Miz TV qui partait pourtant pas si mal que ça avec notre A-Lister préféré et le Tout-Puissant Bobby Lashley se prêtant au jeu de l’interview, piquant même la posture à la troisième personne du Rock pour l’occasion. Les deux se cherchent des noises, et de manière assez incompréhensible, Lashley ramène le père du Miz sur le tapis. Forcément ça part en baston, puis en match. Et c’est alors carrément Shane qui revient dans la danse, venant distraire le Miz et causant sa défaite d’un spear dévastateur de Lashley. Il finira par placer le Miz dans une prise de soumission le forçant à s’évanouir devant la photo de son père sur le titantron. OK. Autant j’avais plutôt été de ceux qui ont apprécié leur rivalité jusqu’à WrestleMania, autant j’ai vraiment du mal à voir en quoi un rallongement de cette histoire avec un possible pay-off à Money in the Bank apporterait grand chose par rapport à WrestleMania.

Dans le même style, RAW nous ressert les rivalités Smackdown pré-WrestleMania, puisque Rey Mysterio avait en tête de venger l’affront du show des shows en défiant à nouveau Samoa Joe ce soir. On la voit venir gros comme une maison, la belle grosse ficelle de feignant, hein ? Rey va battre Joe sur un petit paquet pour s’octroyer un nouveau title shot, hein ? Bah banco.

Sinon cette semaine c’était aussi le coup d’envoi de la construction des matchs à échelle, étrangement oubliés la semaine passée. On se dit qu’avec trois émissions devant eux avant la PPV, c’est l’occasion parfaite pour envoyer du match de qualif et lancer des rivalités de midcard ! Que nenni. Alexa Bliss est venue annoncer les 4 noms des participants de RAW qui seront : Braun Strowman, Ricochet, Drew McIntyre et Baron Corbin ! Yeah ! Ricochet au passage s’est fait tuer au micro par les golgoths qui l’entouraient et confirme que la route sera très longue pour lui niveau charisme pour se frayer une place dans ce monde de géants. Les quatre hommes se sont ensuite affrontés dans un tag team gentils contre méchants sans inspiration, remportés par les premiers. Sensiblement même chanson côté filles mais avec un casting encore pire puisque Alexa est revenue pour nous annoncer Natalya, Dana Brooke, Naomi et… elle même, pour sauver un peu la donne. Ca s’est chamaillé, Naomi a défié Bliss et l’a emporté. On peut déjà imaginer qu’elles s’affronteront toutes les quatre en tag team également.

Seth Rollins et AJ Styles se sont rencontrés en Main Event de l’émission lors de l’incontournable séance de signature de contrat. Ne boudons pas tout non plus, les échanges étaient plutôt sympas et prometteurs, notamment quelques belles images d’un Styles prêt à reconstruire la maison rouge (catchphrase qu’il utilisait à Smackdown) que Seth Rollins avait “burn it down“. Néanmoins on se demande une nouvelle fois, comme pour les participants aux deux MITB, pourquoi ne pas garder un tel segment pour le go-home show et plutôt nous proposer des matchs de qualité impliquant les deux hommes ou des segments plus originaux. Si ils se retrouvent à faire équipe avec l’un trahissant l’autre la semaine prochaine, ce sera vraiment le pompon…

La division par équipe reste omniprésente, mais malgré les belles promesses entrevues, commence à tomber dans les travers du reste de l’émission. Les Viking Raiders sont intéressants, mais déboîter à nouveau la Lucha House Party ne va pas les amener bien loin. Les Usos contre le Revival est une affiche super alléchante, mais jouer l’humour ultra beauf de vestiaire avec les gentils qui se moquent des méchants se rasant le dos sous la douche ne va rien apporter de bon à leur rivalité… Comme sur tout le reste de la carte, des écueils qui semblent pourtant d’une simplicité enfantine à éviter.

Tout cela éclipserait presque les quelques rayons de soleil de l’émission, d’une part avec une nouvelle bonne promo de l’omniprésente Becky Two Belts, chahutée par une Lacey Evans super convaincante avec une belle brawl des familles que n’aurait pas renié Ronda Rousey; d’autre part avec le nouvel épisode totalement déjanté de la nouvelle gimmick de Bray Wyatt, que j’attends avec énormément d’impatience. Mais tout cela fait bien maigre.

Y’a cet homme qui fait du bon boulot aussi, mais bon ça fait trois semaines de suite qu’il nous raconte des variations de peu ou prou la même promo alors attention… 

 

Smackdown Live! – Kevin Owens a des jouets lui aussi !

 

Généralement, après un mauvais RAW, on se console toujours en se disant qu’on va avoir Smackdown derrière. Sauf que voilà, la WWE réussit l’exploit pour la deuxième semaine consécutive à faire du moyen, voire du très moyen avec le show bleu. Et ça, ça fait mal. Notamment pour la feud qui devrait normalement nous donner envie d’allumer nos téléviseurs tous les mardi soirs : Kevin Owens contre Kofi Kingston. Sauf que voilà, le turn est arrivé très vite, brutalement, et nous pousse tout aussi rapidement vers une réalité assez cruelle. Si Kevin Owens est un formidable méchant, passé le climax somptueux de WrestleMania, pas sur que Kofi Kingston soit un aussi formidable gentil sur la durée. Une nouvelle promo tiédasse en début d’émission a fini d’installer cette sale impression qu’il y a peut être une raison vous savez, à ce que ce gars n’ait jamais été champion majeur jusqu’à ce jour en 11 ans à la WWE. KO lui répondra en fin d’émission lors d’une nouvelle édition du Kevin Owens Show en s’adressant à des petites figurines articulées du New Day. Mise en scène plutôt cocasse et surtout très bien servie par le Canadien, qui sera interrompu par son rival et une petite baston conclura l’épisode.

La division féminine par équipes n’a tellement aucune profondeur, qu’on se sent obligé d’envoyer du jobber local dans les pattes des futures challengeuses Asuka et Kairi Sane pour meubler un épisode et leur donner un peu de momentum. Bah oui, c’est ça de lancer une nouvelle paire de ceinture sans vraiment d’autre motivation que de faire plaisir à quelques personnes et vouloir écrire l’histoire avec un grand “H”. Résultat, match sans intérêt pour des gentilles qui n’en sortent pas spécialement plus fortes. Au moins cette semaine les IIconics n’auront pas perdu, c’est toujours ça de gagner. Côté division féminine solo, c’est toujours notre chère Becky Two Belts qui doit porter tout ce beau monde sur ses épaules dans les deux émissions. Elle a cette semaine catché, et battu Bayley, sans trop de difficulté. Si on pouvait éviter de la faire lutter aussi longtemps et durement contre Alicia Fox deux semaines plus tôt, peut-être que ce genre de match aurait un peu plus de saveur et semblerait moins cruel pour Bayley. Ah, et cette dernière a été annoncé pour MITB d’ailleurs. Rien de tel après une défaite. Bon timing. Ah et Carmella et Ember Moon aussi, mais bon c’est pas comme si on avait le choix, tandis que Sonya a offert son spot à Mandy.

La midcard de Smackdown peine à se mettre véritablement en route malgré le Shake Up plein de promesses. Ainsi on a eu le droit à un match très sympa, mais sans grand enjeu, entre Ali & Balor contre Orton & Andrade, remporté par les babyfaces sur un 450 de Ali sur le Mexicain. Soit. Sauf que ça ne nous raconte rien. Ah si ! C’est parce que les 4 hommes ont été ajouté au match MITB ! Mais quelle originalité de booking mes chers amis !

A côté de cela, Roman Reigns est toujours empêtré dans son affaire avec Elias et Shane McMahon. Autant je trouve l’opportunité très sympa pour Elias, autant j’ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi Shane McMahon joue sur plusieurs tableaux, lui qui accapare déjà du temps avec le Miz à RAW. Mais bon. Roman Reigns a fait sa promo de Big Dog au centre du ring avant d’être interrompu par Shane, qui booke un match à handicap contre la B-Team. Le beau Roman n’est pas impressionné, alors le fils du patron ajoute Elias en arbitre spécial. Mais cela n’empêchera pas Roman Reigns de l’emporter. Franchement, on ne peut pas faire mieux que ça ?

La cerise sur le gâteau sera sans doute le désarroi et la tristesse dans les yeux de Jeff Hardy et son frère Matt qui nous ont annoncé qu’ils allaient devoir abandonner leurs ceintures car le Charismatic Enigma va se faire opérer. Cerise sur le gâteau car on a vraiment le sentiment que le château de cartes s’écroule à Smackdown en cette période post WrestleMania. La division masculine par équipe faisait la fierté du show bleu depuis des mois et en l’espace de même pas un mois, nous voilà avec les Usos à RAW, Sheamus blessé entrainant le départ précipité de Cesaro à RAW post draft, Big E blessé nous privant du New Day et maintenant Jeff Hardy blessé à son tour nous privant des Hardy Boyz. La division bleue est dépeuplée et les ceintures n’ont plus de porteurs. On en profite pour mettre un peu de “heat” sur Lars Sullivan en lui attribuant la blessure de Jeff, mais ça ne nous fera pas oublier qu’il ne reste plus que Rusev/Nakamura, Heavy Machinery et la B-Team pour récupérer les ceintures…

Grossière erreur de R-Truth, le rouge excite énormément Lars Sullivan.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas passé une super semaine ! La route vers Money in the Bank habituellement savoureuse s’annonce pénible malgré une carte qui peut être assez sexy, à croire qu’ils le font exprès. Venez nous dire ce que vous en avez pensé sur les différentes plate formes. D’ici là on espère quand même que la WWE saura relever le nez la semaine prochaine.

 

Pour nous suivre :
YouTube
Spotify
Podcloud
Mais aussi les réseaux sociaux avec Facebook et Twitter !

Et rejoignez nous pour discuter sur notre canal Discord !

Ecoutez monsieur Miz calmez vous, je connais un thérapeute qui pourra vous aider.